AFFICHE

SAVOUREZ!

May 4, 2017

Savourez le Vin!

 

L’œnothérapie est la médecine par le vin.

 

 

Le vin est considéré depuis Hippocrate, non seulement comme le symbole d'une civilisation et d'un art de vivre, mais aussi, par certain, comme un remède, sinon une philosophie de la vie.

 

Le vin a été utilisé comme un médicament du fait des minéraux et des tanins qu'il contient.

 

Les théories expliquant le paradoxe français permettent aujourd'hui de contrebalancer la politique de prévention contre les risques dus à la consommation d'alcool. Politique qui a de fait un impact sur l’économie du secteur.

 

La médecine populaire prétend que le vin doit conserver sa place dans le cadre d'une médecine préventive, mais il s'agit en particulier du vin rouge, les vins blancs ou rosés n'auraient que peu d'intérêt du point du vue de la santé.

 

La consommation d'un à deux verres de vin rouge par jour assurerait une réelle prévention.

Le vin de Champagne, recommandé par ses promoteurs comme antidépresseur et anxiolytique: au motif qu'il «dissipe les états nauséeux et soutient le moral».

Le vin blanc sec est diurétique et aide à éliminer les excès.

Il est riche en sels minéraux assimilables, en particulier en potassium, en calcium, en magnésium et en soufre, et possède donc des propriétés dépuratives, détoxicantes et anti-inflammatoires.

Il agit ainsi sur les rhumatismes, les rhumes et les allergies.

Il contient aussi des oligo-éléments, dont le zinc, utile à la régulation de l'influx nerveux, et avant l'utilisation des anxiolytiques, le champagne était reconnu comme antidépresseur et anxiolytique. Il contient aussi du phosphore et du lithium, importants pour la régulation des humeurs.

 

 

Le contraire de l'œnothérapie est l'alcoolisme

 

Le vin d’après le Pr Henri Joyeux.

Par les 2 fermentations le vin développent naturellement 500 à 800 molécules aromatiques dont les précurseurs de la sérotonine, ce neurotransmetteur qui nous apaise et nous aide à nous endormir après une longue journée.

Au moment de la mise en bouche, groumez le vin, c'est-à-dire faites pénétrer un filet d'air dans la bouche. La petite gorgée de vin est enfin là, dans votre palais si bien préparé. Mâchez doucement, la salive va accroître votre bonheur gustatif, la muqueuse des joues vous dit sa "joue-hissance". Vous amplifiez les arômes des fruits.

Les initiés développent rapidement les précurseurs de la sérotonine car leurs neurotransmetteurs fonctionnent correctement. Les neurones s'entretiennent ; c'est comme s’entraîner pour le sport.

L'effet plaisir chauffe au niveau des tempes.

 

L'alcoolique, lui, ne peut pas capter la sérotonine, il boit trop vite et ses neurocapteurs fonctionnent mal. Il ne ressent ni satiété, ni plaisir de dégustation. Il est trompé de A à Z, le mauvais vin lui suffit.

C’est aux jeunes qu’il faut apprendre à déguster pour leur santé et à rejeter les habitudes funestes des soirées arrosées qui finissent souvent mal et conduisent à l’escalade des drogues.

Votre palais est alors à son apogée,

La dernière petite gorgée de vin est là. En passant bien le vin en bouche de haut en bas et sur les côtés afin de mieux apprécier les arômes naturels, puisque votre palais est au top de sa forme et de sa perception, vous ne pouvez plus le tromper !

Cette explosion en bouche est du jamais vu et les sensations resteront très longtemps. Douce mémoire plus forte que celle de la madeleine de Proust.

La satiété est conquise, l'envie d'en prendre et reprendre disparaît… c'est l'apothéose !

Vous avez stimulé vos papilles qui se renouvellent tous les 10 jours et votre odorat tous les 3 mois. Quel bonheur pour votre cerveau, pour votre moral ! Si vous n’abusez pas, expliquez-le à vos enfants. À 15 ans ils sont capables de comprendre, d’appliquer et d’expliquer à leurs amis sans tomber dans les excès.

Point besoin de coca, soda, redbull… et autres boissons publicitaires qui les anesthésient, les trompent et les abîment. Vous comprenez pourquoi vous pouvez renouveler l’expérience au moins 4 fois par an. C’est le chemin de la santé.

Déroulement d’un cours de dégustation Traditionnel de Vin :

Les cours de dégustation se déroulent suivant une trame identique.

Leur durée oscille entre une heure et deux heures.

Le nombre de participants varie entre 5 et 20 personnes.

Les groupes sont mixtes, composés toujours d’une représentation quasiment identique avec une faible prédominance féminine.

Au cours des séances, un seul « expert » encadre les dégustateurs, un noyau d’une dizaine de personnes constitué principalement de cadres supérieurs (médecins, avocats, …) de plus de quarante ans.

Le tarif des cours est assez élevé ce qui permet aux organisateurs de ne pas être freinés dans le choix des bouteilles, des domaines et des viticulteurs.

Ces cours se veulent différents d’une dégustation « à la vigneronne » dans un chai entre 2 barriques !

Des fiches sont d’abord distribuées aux amateurs : elles comprennent des renseignements tels que les noms du vigneron, du vin, de la cuvée, du domaine ou de la parcelle, ainsi que le millésime. Cette fiche ressemble à une grille d’évaluation selon chaque critères la vue, le nez, et la bouche avec une notation qui peut variée entre 0 et 5 !

Après la dégustation de chaque vin une « correction collective » est proposée par l’expert et donne lieu à des commentaires et échanges au sein du groupe : l’expert donne une réponse, et les participants vérifient les leurs, les corrigent et demandent éventuellement des compléments d’informations. Les dégustateurs attribuent une note et décident si le vin est bon ou pas !

 

Le focus se fait sur les défauts trouvés lors de la dégustation et le vin est automatiquement jugé mauvais, impropre, à défauts…

En fin de dégustation les participants peuvent goûter à nouveau les différents vins et discuter de leurs approches respectives.

 

Aujourd’hui les dégustations de Vin deviennent standardisées de part les deux clichés suivant soit l’oenologue « bon élève » intransigeant qui déclasse le vin ayant la moindre trace suspecte dans un vin déjà stérile soit l’oenologue « baba cool » qui surclasse des défauts comme des qualités d’un vin à l’odeur d’oeuf pourri comme étant une qualité sous prétexte que ce vin est réalisé par un personnage charismatique !

La connaissance est d’une nature institutionnelle : elle est transmise, par une « éducation » des sens, dans les écoles et lieux de formation à une oenologie, et constitue un alignement des sensations de la dégustation sur un registre normatif une sorte monopole (ou supposée l’être) par les professionnels !

Déguster, c’est analyser. Lorsqu’on déguste, on réfléchit. La dégustation n’est pas uniquement liée au fait de savourer ou de manger : on va apprécier des choses, en les analysant, en les jugeant.

Vers une dégustation Intuitive !

L'approche analytique explicitée précédemment n'est là que pour satisfaire la partie cartésienne de notre être.

Dans la pratique, les choses sont beaucoup plus simples et essentielles que cela !

Je m’explique Pour apprécier un Vin, il n'y a rien besoin de savoir, rien besoin de comprendre, rien besoin de paraître, simplement se taire laisser faire le Vin…le Sentir…. Le Ressentir et l’Ecouter !

Vouloir réduire l'appréciation du Vin à la reconnaissance de tel ou tel parfum rappelant un fruit ou une fleur est une possibilité, mais certainement pas la seule ; percevoir son évolution gustative, sa profondeur émotionnelle, sa clarté, ou sa force de vie sont des sensations dont je ne me lasse guère…

Certains vont rechercher le folklore, des attitudes, poussant même le mimétisme jusque dans la posture !

 

Sans pour cela tomber dans un ésotérisme pompeux, car en soit, le Vin n'est pas plus ou moins intéressant que le miel, le thé, le café et le chocolat…

 

Ce qui en fait sa spécificité c'est le génie humain qui a oeuvré pendant des millénaires pour en extraire le goût le plus divin.

L’Alchimie du Vin est pour moi de la Magie !

 

Alors oui, Je respecte la culture du Vin, je respecte les professionnels du Vin, mais la capacité d'apprécier et de découvrir n'est ni technique, ni Bordelaise, ni Sommelière,… elle est humaine !

L’histoire de la vigne et du vin est si ancienne qu’elle se confond avec l'histoire de l’humanité. La vigne et le vin ont représenté un élément important des sociétés, intimement associés à leurs économies et à leurs cultures.

Le vin synonyme de fête, d'ivresse, de convivialité, qui a investi le vaste champ des valeurs symboliques, est aujourd'hui présent dans la plupart des pays du monde. Son existence est le fruit d’une longue histoire mouvementée.

Jenny Lloret vous propose de revenir à la lenteur et de vivre un voyage intérieur et profond une Expérience Unique.

 

Plusieurs formules sont proposées en séances ou ateliers de groupes;

 

 

 

le Relax Tasting par exemple: une séance ludique avec l'éveil de vos sens!

 

Au Spirituel grâce à la Divine Dégustation avec sa méthode profonde et révélatrice qui laissera exprimer votre corps, votre coeur et votre âme!

 

 

Pour plus d'informations de précisions sur les ateliers découvertes et expériences contactez la au 06.77.14.36.47

 

 

Please reload

Vin & Yoga

May 13, 2019

1/10
Please reload

DERNIER ARTICLE

September 30, 2019

September 30, 2019

September 15, 2019

September 15, 2019

September 14, 2019

May 13, 2019

Please reload

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square